Développer une démarche institutionnelle

Comment prendre en compte la vie affective et sexuelle dans l’institution ?

Tout au long de notre expérience nous avons pu constater combien il était important d’impliquer l’ensemble de l’institution dans la prise en compte de la vie affective et sexuelle des personnes qui y sont accueillies.

Bien souvent l’envie ou la nécessité d’agir viennent en réponse à des conduites, des actes posés par les personnes accueillies face auxquels les professionnels sont amenés à réagir – masturbation à la cantine, caresses intimes entre deux personnes dans l’enceinte de l’établissement, couple se donnant la main de façon – trop - ostensible …
L’action éducative pour la vie affective et sexuelle – le groupe de parole, l’atelier … - s’impose comme une solution. Elle est le plus souvent incontournable pour les personnes déficientes. Leurs difficultés cognitives nous invitent à les accompagner dans la construction de savoir et de savoir être que les personnes non déficientes construisent par elles-mêmes. Pour autant toute notre expérience nous montre les effets contreproductifs d’une action uniquement éducative.

Pour nous, IREPS Pays de la Loire, agir pour la prise en compte de la VAS nécessite une action beaucoup plus globale :

  • La mise en place d’une équipe projet – commission, groupe de travail …- chargée de proposer et de mettre en place des actions concrètes auprès des personnes accueillies et auprès de leurs parents ou de leur représentant légal ;
  • Le soutien du projet par la direction au travers d’un engagement/positionnement institutionnel et de l’implication de l’ensemble du personnel notamment.